Publié le mardi 02 juin 2020 à 15h33

Rencontres au sommet au Turet

Un cadre enchanteur...

Arrivée depuis peu dans la région, je décide, en ce joli jour ensoleillé de juin, d’aller me promener au Turet, dont j’ai beaucoup entendu parler. La vue lors de la montée au col de la Faucille me coupe déjà le souffle… j’ai hâte de découvrir ce que me réserve la suite !

J’emprunte le sentier, qui tient toutes ses promesses en m’offrant nombre de plantes à sentir, de fleurs colorées à observer, et j’aperçois même des empreintes d’animaux. Les gardes de la Réserve naturelle nationale de la Haute Chaîne du Jura m’ont prévenue, en prêtant attention à ce qui m’entoure, je peux observer une flore et une faune insoupçonnées…
panorama-haute-chaine-depuis-le-turet-copyright-bk-1705
Je continue donc mon chemin, entre forêt et clairières, au milieu de mille et une senteurs. J’imagine les amateurs d’arbres ravis au milieu de toutes ces essences. Il est encore tôt, et les randonneurs se font rares, j’en profite donc pour prendre mon temps, écouter le silence entrecoupé de chants d’oiseaux… pour beaucoup, la définition du bonheur !
 

… à préserver !

Le sentier est bien balisé, impossible de s’égarer, d’autant plus que de petits écriteaux ornent les arbres de-ci de-là pour nous rappeler notre chemin. Soudain, une banderole m’interpelle : en rouge sur fond jaune, elle m’indique que je me situe dans une “zone de quiétude de la faune sauvage”. L’accès à différents chemins, situés de part et d’autre du seul sentier autorisé, est donc barré du 15 décembre au 30 juin dans ce secteur. Mais encore ?
Imaginez-vous en plein hiver, vous avez froid, vous sentez raplapla, et couvez peut-être un début de rhume. Le bruit, même en sourdine, vous insupporte, vous ne vous sentez pas capable de faire 2 pas, et vous occuper de vos enfants semble inconcevable. Dans ces moments-là, le moindre effort vous paraît insurmontable, le moindre obstacle une montagne infranchissable. Vous y êtes ? Ca y’est, vous voilà dans la même situation que la faune sauvage qui peuple notre belle montagne et qui, de la fin de l’automne jusqu’au début de l’été, doit jongler entre les conditions climatiques rudes, la période de reproduction et l’éducation des nouveaux-nés.

Vous l’avez compris, ces “zones de quiétude de la faune sauvage” représentent leur petit paradis, leur jardin privé, et surtout, leur seule chance de survie à nos côtés. Car attention, quiétude s’entend par tranquillité au sens large, et pas uniquement par silence. Dans ces espaces, tout dérangement, toute incursion dans la zone interdite, peut provoquer la fuite de la faune sauvage, et par là même l’épuiser, l’empêcher de se nourrir, ou la rendre sensible aux autres facteurs (maladie, prédation, parasites, …) et ainsi entraîner sa mort en hiver, ou l’abandon des œufs ou des jeunes au printemps. Pensez-y quand vous verrez ces banderoles !
prairie-turet-copyright-bk-1706

Tête-à-tête inespéré

Si mes pensées s’égarent, mes pieds, eux, continuent leur chemin, et je croise bientôt la route d’un ancien goya - ou gouille -, hébergeant dans ses eaux troubles des têtards. Quel joli spectacle de les voir onduler et jouer (à moins que ce ne soit mon imagination qui me joue des tours !).

Mais les têtards ne vont pas tarder à se faire voler la vedette par un congénère à 4 pattes… en effet, alors que j’approche de la fin du chemin, un bruit sur la gauche attire mon attention. Je n’ose pas y croire, et pourtant un jeune chamois se dresse bien là, devant moi ! Nous nous regardons quelques secondes l’air curieux, sans crainte, avant que son instinct ne le pousse à dévaler la pente à toute allure pour s’éloigner de cet étrange bipède. Je comprends mieux pourquoi les chiens sont interdits ici !
J’ai déjà croisé des chamois à plusieurs reprises auparavant, mais à chaque fois ce spectacle est pour moi une émotion indescriptible, mélange de fascination, sérénité et reconnaissance. 

Après quelques minutes à savourer ce précieux moment, je reprends ma route jusqu’au fameux banc du Turet, grâce auquel je peux profiter du panorama final qui me laisse, lui aussi, bouche bée. Les mots sont ici superflus, je vous laisse découvrir cette vue merveilleuse par vous-même !